Permis de séjour

Un nombre non négligeable de PVTistes viennent avec l’espoir de trouver un emploi et le permis de séjour qui va avec, et je dois bien avouer que c’était aussi mon cas.

J’ai eu un peu franchement très peur de ne pas réussir à trouver un boulot , car je parle peu le japonais (ça va pour les petits trucs de la vie quotidienne, mais je suis loin d’avoir le niveau pour travailler en japonais), et mon secteur n’est pas spécialement ouvert aux étrangers qui ne parlent pas japonais. En fait, il faut savoir être réaliste : quand j’ai commencé à envoyer mes candidatures et à répondre aux offres, j’étais en concurrence directe avec des japonais, donc si on se met à la place du recruteur, le problème de la langue est un point suffisamment négatif pour ne pas me sélectionner.

En revanche, le truc qui marche, c’est le réseau. C’est-à-dire que si vous connaissez quelqu’un qui connaît quelqu’un (etc…) qui a suffisamment d’influence pour appuyer votre candidature, et qui sait que vous êtes un candidat valable, là ça peut marcher. C’est comme ça que je m’en suis sorti.

Bref, dans mon cas, l’entreprise est 100% japonaise, n’a pas (ou très peu) d’étrangers, et ne fait aucune distinction parmi ses employés. Egalité. Donc si t’as besoin d’un visa, fait-le par toi-même. Si tu as besoin d’un papier de la part de l’entreprise, tu nous dis quel papier, et tu viens chercher la copie. Mais c’est tout.

J’avais entendu des histoires du genre « il faut un avocat pour faire toutes les formalités » ou bien que c’était très difficile, etc… Bon certes, si vous ne parlez pas un mot de japonais, c’est mal parti. Mais avec mon japonais balbutiant, de longues heures de traduction de sites administratifs japonais, ce n’est pas si compliqué. Et l’avocat, franchement, hein, c’est une belle blague.

Ah, et ya aussi cette histoire qu’il faut sortir du territoire pour changer son visa depuis un PVT vers un permis de séjour. En fait, il faut nuancer. On peut soit faire un changement de statut, soit faire un nouveau visa complet. Dans le premier cas, il faut juste ne pas sortir du territoire le temps de la demande, dans l’autre cas il faut d’abord obtenir un certificate of eligibility (à demander en personne au service de l’immigration, ou sinon faire une procuration à quelqu’un) que l’on recevra chez soi, pour ensuite faire une demande de visa depuis un pays étranger.

Donc la première solution est la plus simple. Mais les démarches pour le changement de statut sont presque identiques à celles du certificate of eligibility.

Bref, il vous faut :

  • Un passeport

  • Votre précédente carte de résident / alien registration

  • Votre contrat de travail

  • Une copie du papier des taxes qu’a payées votre entreprise l’année précédente

  • Une copie de la « company registration »
  • Photos d’identité, à la taille réglementaire (mais vous avez le droit de sourire dessus)

  •  On peut aussi vous demander des documents expliquant l’activité de votre entreprise, mais dans mon cas, ils ont trouvé dans leur base de données qu’ils avaient déjà un visa à quelqu’un dans ma boîte, donc ils ne m’ont rien demandé

Vous allez déposer tout ça au bureau de l’immigration (j’en avais parlé pour le re-entry permit, formalité qui n’existe plus). Dans mon cas, je n’avais pas tous les papiers la première fois, mais il était urgent que je démarre mon travail (qui commençait par 2 mois de formation à l’étranger, donc l’obtention du nouveau permis de séjour conditionnait le début de mon contrat) donc j’ai réussi à démarrer la procédure quand même en insistant et en faisant ma tête d’ange, et j’avais une semaine pour apporter les documents manquants.

Bien entendu, tout ça à la période de Noël et nouvel an, donc au final ça a pris un mois complet. Au passage, je n’ai pas attendu d’avoir la « carte postale » qu’ils doivent envoyer pour prévenir que c’est prêt ; j’ai appelé presque tous les jours, ça m’a permis de gagner quelques jours sans doute. Mais bon, je recommande plutôt d’attendre peinard chez soi, si possible.

Ensuite, on vous remet votre permis de séjour, votre carte d’identité quoi, sur une carte similaire à l’ancienne gaijin card. Et vous n’aurez rien d’inscrit dans votre passeport. Ce qui signifie que votre permis de séjour est nécessaire à chaque fois que vous partez à l’étranger, en plus de votre passeport. Parfois les douaniers ne font pas attention et disent « oh mais vous n’avez pas de visa, donc vous venez en touriste en fait, vous vous êtes trompés », et là il faut leur dire « non non, regardez bien ma carte d’identité, j’ai un statut de xxxx qui me permet de travailler et rester x années ».

Bon, et puis voilà, une fois que c’est fait, vous êtes tranquilles pour un moment (j’ai eu directement le permis de séjour de 3 ans, c’est pratique ^^).

PS: un article qui est un peu plus complet que le mien, je pense: LeoNoTabi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s